preloder

Institut

Où vit la culture écrite aujourd’hui ? Depuis l’avènement du web, chaque sensibilité a ses représentants, et le moindre contenu culturel est, à tout instant, accessible en quelques clics. Si Gutenberg et son imprimerie révolutionnèrent à jamais la diffusion de la pensée et du travail littéraire, Internet surenchérit vers mille horizons. Face à une multiplicité si diverse et si instantanée, quels espaces reste-t-il pour les institutions de la culture écrite ?

ALTERNATIVES

Depuis une dizaine d’années, les organisations d’enseignement culturel ont tenté de sérieuses réformes. Les Universités Populaires proposent une nouvelle réponse à la demande publique de programmes culturels rigoureux, où l’obtention de diplômes n’est plus la seule priorité. Cependant, ces efforts reposent encore sur l’initiative et la validation d’autorités du monde académique. Et quand ces universités investissent le web, elles parviennent à toucher un public plus large à travers les Plateformes d’Apprentissage en Ligne (MOOC), où l’accès au savoir est facilité et flexible. Mais l’apprentissage/enseignement y reste vertical, classique ; le contenu est statique, et les interactions, rares. Ces nouveaux programmes restent donc à la surface de possibilités bien plus riches. S’ils se veulent populaires ou virtuels, en réalité seule leur forme en est légèrement modifiée. Or, notre époque offre la possibilité d’un revirement majeur permettant aux idées et aux écrits d’être animés, avant tout, par des dynamiques multipolaires et pleinement coopératives.

Les structures ont, certes, encore leur légitimité. Si le monde connecté marque un nouveau standard de pluralisme, il est bien connu que l’information trouvée aujourd’hui n’est ni organisée, ni optimisée. Cette fraicheur arrive donc au prix de défis inédits, appelant à l’émergence d’autres types d’organisations. L’Institut Coopératif pour l’Étude des Textes est l’un de ces nouveaux visages. Établi et stable dans le temps, l’Institut apporte structure, outils et régularité pour mettre en pratique une nouvelle approche du travail d’exploration, d’apprentissage et de créativité littéraires et philosophiques. Pour permettre d’accompagner ce changement de paradigme dans l’enseignement et la culture, l’ICET replace, au cœur de son projet, le moteur véritable de cette énergie : les acteurs culturels eux-mêmes.

Coopératif

Les temps ont changé : des mass media à internet, le savoir n’a pas cessé de se démocratiser et de transformer les apprenants et ‘consommateurs’ de contenus, en co-acteurs culturels. L’Institut reconnait et célèbre la dissémination de cette richesse, la multiplicité de ces sensibilités individuelles, et propose un lieu pour mettre en commun les vastes domaines intellectuels, littéraires et artistiques profondément investis par des millions de personnes à travers la société civile. A l’ICET, toute personne peut proposer et animer un programme d’étude de textes. 

Les programmes de l’Institut sont donc nourris par la société civile dans son ensemble. Mais l’ICET se positionne aussi comme une plateforme d’expression et d’activité pour les milieux intellectuels et créatifs en place : chercheurs et enseignants universitaires, journalistes, critiques et éditeurs littéraires, ainsi que pour les associations culturelles et intellectuelles dans leur diversité. Tout particulièrement, l’ICET souhaite mettre en avant les artistes et écrivains contemporains, invitant les co-apprenants, à travers leur regard créatif, à revisiter les grands auteurs de nos cultures. Ainsi, lecture et écriture se rejoignent : derrière le travail de création apparait toujours un profond engagement avec les patrimoines littéraires et philosophiques, et à son tour l’étude encourage chaque apprenant à entrer dans une démarche créative. En privilégiant des programmes en petits groupes, l’Institut permet cette rencontre de sensibilités. Le processus d’exploration et d’apprentissage est alors dynamique et interactif, tout en restant concentré sur le texte étudié.

A L’INTERNATIONAL

Enfin, l’approche coopérative de l’Institut se déploie littéralement sans frontière physique. Développé à Delhi en 2017, il a une vocation internationale, dans un effort de rassembler en un lieu une multiplicité de voix de toutes les cultures littéraires et philosophiques. L’ICET est la structure centrale et l’interface pour le public français et francophone, et l’IST (Institute for the Study of Texts), son pendant anglophone. Nombre des Etudes et programmes sont déjà proposés en Français et en Anglais, et, sur la base d’initiatives individuelles, l’Institut sera ouvert à l’élaboration de programmes dans d’autres langues. Les programmes se déroulent via vidéoconférence, afin d’accueillir tout participant intéressé, indépendamment de sa localisation géographique.

pour l’Étude des Textes

L’ICET met l’accent sur le travail, subtil et de longue haleine, à la racine de toute sensibilité artistique et littéraire : l’étude. L’ICET est un espace d’étude et pour l’étude. L’étude est plus qu’une activité. Approche fondamentale, l’étude devient une attitude à l’égard de soi et du monde, elle est un projet individuel à développer et cultiver tout au long de vie. Quand patience rejoint humilité et curiosité, l’individu peut doucement voir émerger les réponses pertinentes et originales, nécessaires pour améliorer ses conditions personnelles et contribuer à la société qui l’entoure.

LES TEXTES

Définir l’objet de l’Institut comme l’étude des Textes, c’est retrouver en un seul et même lieu des domaines d’expression et de sensibilité distingués pendant trop longtemps. La philosophie et la littérature voient leur frontière s’effacer, pour inviter leurs textes au dialogue, ouvertement et sur un pied d’égalité. Les Études de l’ICET encouragent la formulation d’approches et d’angles pédagogiques combinant auteurs et thèmes au-delà de cette démarcation passée. Insister pour mettre sur le devant de la scène le matériau textuel, c’est aussi confirmer les limites des divisions de contenus selon les disciplines. L’étendue de travail peut alors s’agrandir : un roman répond à un traité philosophique, alors qu’une étude métaphysique ira trouver de nouveaux interlocuteurs dans des textes religieux, légaux ou de science sociale.

Chaque proposition de nouvelle Étude est développée en collaboration entre l’initiateur et le comité de l’Institut. Ce processus permet de transformer un projet initial d’étude en un programme défini dans le temps, où chaque session de travail s’organise autour de matériaux textuels précisément sélectionnés. Ainsi, l’Institut garantit-il rigueur et substance, mais aussi développement d’une voix propre, originale, à l’exercice interprétatif et pédagogique de chaque animateur.